La Russie a déclaré lundi que Facebook avait rétabli l’accès à la page officielle de Moscou pour les pourparlers sur le contrôle des armements à Vienne après que le régulateur russe des médias a accusé le géant américain de la technologie de censure.

La page Facebook, affiliée au ministère russe des Affaires étrangères, a été supprimée vendredi pour publication de « contenu illégal », selon le chef de la délégation Konstantin Gavrilov.

Le chien de garde des médias russes Roskomnadzor a déclaré au cours du week-end qu’il avait envoyé une lettre à Meta, la société mère de Facebook, appelant à la levée des restrictions et pourquoi elles ont été introduites, décrivant le blocus comme un « acte de censure ».

Gavrilov sur Twitter a également appelé l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe basée à Vienne à intervenir.

Plus tard lundi, il a déclaré à l’agence de presse d’État TASS que l’accès avait été rétabli.

« Espérons qu’il n’y aura plus de ces escapades idiotes de Facebook », a-t-il déclaré, selon l’agence de presse.

TASS avait précédemment signalé que le compte Twitter de la délégation avait été brièvement bloqué en février 2021.

La Russie a infligé à plusieurs reprises des amendes aux géants américains de la technologie, dont Meta, pour avoir ignoré les demandes de modération de contenu alors que le pays intensifie ses efforts pour contrôler les plateformes Internet.

En décembre, Meta a été giflée de sa plus grosse amende de tous les temps – l’équivalent de 27 millions de dollars – pour avoir omis de supprimer à plusieurs reprises des contenus illégaux, tels que de la pornographie ou des messages tolérant la drogue et le suicide.

Lundi, un tribunal de Moscou a condamné Google à une amende de 4 millions de roubles (52 000 $, 45 000 euros) pour les mêmes accusations.