Facebook a menacé de supprimer le compte personnel du directeur d’un important groupe de pression pro-israélien aux Nations Unies, affirmant qu’il violait les règles de la communauté.

La directrice exécutive d’UN Watch, Hillel Neuer, a également été informée que sa page avait déjà été sanctionnée pour réduire sa visibilité depuis des mois, a indiqué le groupe dans un communiqué lundi.

« Il s’avère que, comme je le soupçonnais, Facebook a délibérément et sans justification caché mes publications au public », a déclaré Neuer dans le communiqué. « Ils menacent maintenant arbitrairement d’annuler mon compte. C’est une situation kafkaïenne et cela n’a absolument aucun sens. »

Facebook a envoyé à Neuer un avertissement indiquant que sa page « risquait de ne pas être publiée » en raison de « violations continues des normes communautaires ».

L’avertissement ne mentionnait qu’un seul incident, un message du 17 août 2021, qui utilisait une photo des talibans afghans pour frapper le boycott d’Israël.

Recevez l’édition quotidienne du Times of Israel

par email et ne manquez pas nos meilleures histoires

En vous abonnant, vous acceptez les termes

Il montrait des talibans armés au palais présidentiel de Kaboul avec une légende « Prédiction : Ben et Jerry n’annonceront jamais un boycott des talibans », une référence au fabricant de crème glacée américain qui a abandonné ses opérations dans les colonies de Cisjordanie.

Facebook a également révélé que Neuer avait été pénalisé pour la publication, lui disant : « Votre page a réduit la distribution et d’autres restrictions. »

UN Watch a déclaré que le message avait également été largement partagé sur Twitter sans incident, mais que Facebook l’avait supprimé.

« Aucune explication n’a été fournie, ni Facebook n’a répondu aux tentatives de Neuer de faire appel de la décision », a déclaré UN Watch à propos de l’avertissement, ajoutant qu’il était « troublé par le manque de clarté de Facebook dans les normes communautaires et le manque de transparence et d’arbitraire ». . dans l’application de ces règles ».

Hillel Neuer (Michal Fattal / Flash 90)

« Il est possible que cette censure ait été causée par des individus qui ont abusé de ces normes, agissant de mauvaise foi pour orchestrer des plaintes frivoles, mais quelle qu’en soit la raison, cela doit cesser », a déclaré Neuer.

La page Facebook de Neuer, créée en mai 2009, compte 49 000 abonnés. La principale page Facebook d’UN Watch compte plus de 168 000 abonnés.

« Nous comptons sur les médias sociaux pour partager nos informations vitales sur les droits de l’homme et les Nations Unies, mais Facebook étouffe notre voix et menace maintenant de nous fermer », a déclaré UN Watch.

La conseillère juridique du groupe, Dina Rovner, a déposé une lettre de plainte officielle auprès de la société mère de Facebook, Meta.

Rovner a adressé la lettre à la directrice juridique Jennifer Newstead et a demandé à Facebook de « supprimer les grèves contre la page Facebook d’Hillel Neuer, de cesser les mesures punitives et de prendre les mesures nécessaires pour garantir que les acteurs de mauvaise foi ne puissent plus engager d’action non fondée contre la page Neuer », a déclaré UN Watch.

L’ONG a également lancé une pétition en ligne pour contester la décision de Facebook. Selon la pétition, 7 500 signatures sont nécessaires pour obtenir « une réaction des décideurs ». Mardi matin, il en avait plus de 5 200.

UN Watch a été fondé en 1993 et, selon sa page Web, vise à combattre « le racisme, l’antisémitisme et les préjugés anti-israéliens à l’ONU, en prenant l’offensive contre les dictatures et les doubles standards ».

Elle est basée à Genève et est une ONG accréditée par les Nations Unies, ce qui lui permet de participer à certains débats et panels de l’organisme mondial, où elle a fait campagne contre les violations des droits de l’homme dans le monde.